Je me frayai tant bien que mal un passage dans la foule des arbres, curieux de découvrir enfin la raison de cet attroupement. Il s’agissait d’une paisible clairière.

***

Je ne désespère pas de réussir un jour à engloutir le monde entier dans un bâillement. Pour commencer, je m’entraîne à gober les mouches.

La Faucheuse apparaît généralement sous la forme effrayante d’un squelette vêtu d’une longue toge noire dépenaillée, coiffé d’une large capuche, et armé d’une grande faux. Mais elle peut aussi, d’une manière plus prosaïque, prendre la forme d’un bus.

***

Soi-disant qu’il y aurait des façons plus ludiques d’apprendre le passage du temps qu’en regardant bouger les aiguilles de l’horloge une heure durant. J’aimerais bien voir ça.

C’est un malentendu. Je l’ai regardé droit dans les yeux pour lui cacher ma peur, mais dans ses yeux à lui, il y en avait de la peur, alors je lui ai montré aussi ma peur, car dans le fond je n’ai jamais voulu lui faire peur, et lui non plus.

***

Ce n’est pas le point de vue qui manque certains jours, mais la volonté. Je me fais l’effet d’un mirador qui regarde ses pieds.

Vous feriez bien de pencher la tête en arrière et de vous administrer quelques gouttes de pluie dans l’oeil comme un collyre. Peut-être verriez-vous le monde plus nettement.

***

La lampe est le répulsif le plus efficace contre la nuit.

D’après ce que j’ai pu observer, il semblerait que le but de la vie soit avant tout de porter sa tête en équilibre sur son cou, sans la renverser, le plus longtemps possible, comme une jarre pleine d’eau.

***

Regard qui se fige soudain comme si l’on recevait un coup de poignard. C’est qu’une pensée nous traverse.

J’aimerais pouvoir vous dire qu’il a plu toute l’après-midi sans discontinuer, mais je suis resté longtemps à la fenêtre à observer la pluie tomber, et je suis formel : elle est discontinue.

***

Je m’efforce chaque jour en me racontant dans ce journal de coller le moins possible à la réalité. Oui mais, c’est pas de chance, aujourd’hui j’ai marché sur un chewing-gum.

Je ne me fais guère d’illusions, voyez-vous, je sais très bien ce qui m’attend. Mon corps va se dissoudre lentement dans l’air, et c’est en vain que je serrerai ma ceinture. Puis un beau jour, on retrouvera mes vêtements abandonnés sur le sol comme ceux d’un baigneur au bord de la rivière.

***

Mes boules Quies ont roulé durant la nuit au fond de mes oreilles, et je les entends si je penche la tête se déplacer dans les circonvolutions de mon cerveau. C’est plutôt désagréable.

J’allais me décider à pile ou face, or la pièce que j’avais projetée dans les airs avec mon pouce n’est jamais retombée. Depuis ce jour, je demeure dans l’expectative.

***

Et dire qu’à l’instant où nous parlons il fait nuit de l’autre côté du globe oculaire.