J’allais me décider à pile ou face, or la pièce que j’avais projetée dans les airs avec mon pouce n’est jamais retombée. Depuis ce jour, je demeure dans l’expectative.

***

Et dire qu’à l’instant où nous parlons il fait nuit de l’autre côté du globe oculaire.

Écrivain, vous vous trouvez dans une mauvaise passe, vous ne vous sentez plus bon à rien, vous doutez, voici un moyen fort simple pour refaire le plein de confiance : prenez une feuille de papier, froissez-la en boule et atteignez la corbeille du premier coup.

***

Quel suspense dans cette course ! Encore un retournement de situation. Impossible de dire lequel des mes deux pieds arrivera le premier en haut de l’escalier.

Comme j’avais toute la peine du monde à remonter ma ligne, déjà je pressentais une grosse prise. En effet, c’était toute la rivière qui venait comme un tapis.

***

Les taches blanches de sa vache se résorbaient à mesure qu’il la trayait.

Ce vieillard chétif et branlant qui ne respire que grâce à l’assistance d’une bouteille d’oxygène qu’il traîne partout derrière lui semble avoir trouvé l’astuce pour revenir d’entre les morts.

***

M’est d’avis qu’un dé numéroté de 0 à 5 donnerait une meilleure représentation du hasard.

Le soleil se couche vraiment sur l’eau, s’allonge, orange et longiligne, en travers du lac, rassemble ses rayons en faisceau comme on referme le soir un parasol.

***

Le cadavre sanguinolent d’un petit animal au bord de la route, comme si la nature y avait laissé un doigt.

Quand nous sommes pris d’un ennui terrible, que nous nous sentons en mal d’action, que nous croyons que le champ des possibles est obstrué, et que tout notre être désœuvré pourtant ne réclame qu’à faire, heureusement, il y a toujours à portée de main, intemporels, immuables, un vieux chiffon et de la poussière.

***

Une dame qui arrosait ses plantes sur le rebord de sa fenêtre arrosa aussi accidentellement un homme qui passait dessous. Juste assez d’eau pour lui faire pousser un cri.

Inutile de jouer les héros. Surtout ne bouge pas, reste au lit, fais le mort, pendant un temps au moins, sans quoi la vie risquerait de penser que tu n’as pas eu ton compte si après pareil coup dur tu te relèves demain matin.

***

Le problème avec la vie, c’est qu’au bout d’un moment on a envie de s’asseoir.

Il esquiva d’abord une première fois en me faisant une bise sur la joue droite, puis une seconde fois, avec une bise sur la joue gauche, mais la troisième fois je ne le ratai pas et lui cassai le nez d’un violent coup de tête.

***

Il semblerait que les pies ont égaré quelque chose dans la pelouse du parc.

Mes parents ne m’ont appris à marcher que mécaniquement, c’est à dire à mettre un pas devant l’autre. Cette démarche que vous me connaissez, je ne la dois qu’à moi.

***

Nous n’avions guère d’autre choix, avec cette chaleur, que de jouer aux cartes. En effet, nous n’avions pas d’éventail.